Les dernières guerres indiennes

Les guerres indiennes auparavant très localisées devinrent une affaire plus sérieuse avec l'arrivée du cheval vers 1725. Cet animal eut un impact important sur le mode de vie des indiens. Le cheval pouvait servir de monnaie d'échange et permettait d' acquérir et de transporter de nouveaux biens. Voler les chevaux des autres tribus devint une sorte de sport national chez les indiens. Raids et contre-raids devinrent incessants du milieu du 18eme siècle jusqu'à la fin du 19eme siècle. Dans l'ouest canadien, les tribus ennemies étaient d'un côte la nation Blackfoot (constituée des tribus Peigans, Bloods et Blackfoot du Nord) et de l'autre les Crees, les Gros-Ventres, les Crows et les Assiniboines. Pour faciliter la compréhension de la bataille, nous nommerons les différentes tribus par leur appartenance respective; d'un côte les Crees, de l'autre les Blackfoot.

La première des batailles impliqua les indiens Gros-Ventre avec à leur tête le chef Sits-Like-A-Woman. Une bande de Gros-Ventre campèrent près du fleuve Missouri a proximité l' embouchure de la Milk River. Ils voulaient en découdre avec les Blackfoot, les guerriers Gros-Ventre décidèrent donc de les attaquer. Leur chef recruta à cette occasion des guerriers Crow, eux-aussi ennemis des Blackfoot. Des centaines de braves se rassemblèrent pour remonter la Milk River jusqu'au camp des Blackfoot (Peigan). Les éclaireurs Gros Ventre commirent cependant une grande erreur, ils virent quelques tipis le long de la rivière. Pensant qu'il s'agissait là de la tribu au complet, ils attaquèrent sans savoir qu'ils y avait des centaines d'autres tipis juste un peu plus loin. Cette négligence fut une grossière erreur, les Cres furent très vite submergés par les Blackfoot et Peigan et durent battre en retraite. A peu près a la même époque, il y eu d'autres engagements entre ces tribus, bien que moins grands, ils n'en furent pas moins meurtriers. En 1874 par exemple, dans l'Ouest des Monts Sweetgrass, une délégation canadienne chargée d' établir les frontières avec les USA, trouva les corps de 20 indiens Crow qui avaient été tués, scalpés et mutilés par les Blackfoot.
Library and Archives canada - Public Domain
Guerrier Blackfoot - Library and Archives Canada
.
Pendant l' hiver 1866, les indiens Blackfoot avaient installé un camp le long de la Milk River (aujourd'hui a la frontière entre le Montana et l'Alberta). Ils avaient tué beaucoup de bisons, élans et antilopes et ramassé des baies en abondance pendant l' été. Ils avaient donc des bonnes réserves de nourriture et de vêtements en peau en prévision de l' hiver.
Cette période d' abondance prit cependant fin 1869 avec l'arrivée de la variole. Celle-ci faisait des ravages parmi eux. C'est donc vers le milieu d' octobre 1870 que les Cree, persuadés que les Blackfoot devaient être considérablement affaiblis par la maladie, décidèrent d' organiser une expédition de guerre pour les battre une fois pour toute. Cette bataille, la dernière grande guerre indienne des grandes plaines de l'Ouest, eu lieu là où se trouve la ville de Lethbridge aujourd'hui. A cette époque, un groupe de Cree, Saulteaux et Young Dog, venus des monts Touchwood et de guerriers Assiniboine venus de Wood Mountain, se rassemblèrent à Red Orche Hills (actuellement les Vermillions Hills au Sud du fleuve Saskatchewan). Il y avait là entre 600 à 800 guerriers. Les Creeétaient près à attaquer. Les Blackfoot avaient installé leurs tipis le long de la Belly River (aujourd'hui Oldman River) près de Lethbridge. C'est un endroit favorable, la rivière y a creusé un lit profond. L' endroit ressemble à un vallon aux rives abruptes. Cette vallée protégeait les tipis des vents froids du nord, il y a aussi de nombreux arbres, donc du bois pour le feu.

Library and Archives Canada - Public Domain
Guerrier Assiniboine
Library and Archives Canada
Big Bear, Piepot, Little Mountain et Little Pine étaient les chefs Cree et Assiniboine. Big Leg, Black Eagle, Heavy Shield, Crow Eagle, Bull Back Fat et Button Chief étaient les chefs Blackfoot. Les Blackfoot étaient bien armés avec des fusils à répétition, des cartouches et des revolvers alors que les Cree et les Assiniboine n'avaient que des vieux mousquets de la compagnie de la Baie d'Hudson, des arcs et des flèches. Un groupe de jeunes Cree plutôt inexpérimentés dans les ruses de la guerre furent envoyés en reconnaissance pour voir ou étaient les Blackfoot. Ils découvrirent un petit village de tipis près de fort Whoop-Up (actuellement Lethbridge). Négligeant de pousser plus loin leur mission de reconnaissance, ils crurent qu'il s'agissait là de toutes les forces des Blackfoot et firent donc leur rapport aux chefs, ceux-ci décidèrent d' attaquer. Ce fut une erreur qui coûta la vie à de nombreux guerriers. Dans un premier engagement avec les Blackfoot, les Cree encore supérieurs en nombre tuèrent l'un des frères du chef Red Crow et 2 ou 3 squaws. La nouvelle de l' attaque parvint cependant très vite aux autres camps Blackfoot situés plus en amont de la rivière. En quelques minutes des guerriers arrivèrent en renfort de tous les côtés pour combattre les Cree. Ces derniers ignoraient aussi qu'une importante bande de Blackfoot était arrivée du Montana quelques temps auparavant , ces indiens s'étaient eux-aussi installés tout près de là, sur les berge de la même Belly River. Cela faisait donc pas mal de monde.
L'aube pointait à peine quand lde nouveaux renforts Blackfoot arrivèrent pour prêter main forte à ceux qui se battaient déjà. Les Cres étaient maintenant très inférieur en nombre, et la bataille qui semblait gagnée d' avance commençait à prendre une tournure très différente. Devant le nombre grandissant de leurs adversaires, les Cree durent battre en retraite poursuivis par la nation Blackfoot toute entière.
Library and Archives canada - Public Domain
Jerry Potts
Participant à la bataille
Library and Archives Canada
Ils prirent pieds au haut d'une rive à un endroit situé à l' embouchure de la rivière Belly et Ste Marie. Ils franchirent ensuite la rivière Ste Marie et prirent position dans une coulée située entre le fleuve et la prairie qui s' étendaient à perte de vue derrière eux. Un grand nombre de Blackfoot s' étaient embusqués dans une coulée parallèle à celle des Cree, ils avaient aussi pris position sur la prairie au nord et à l'ouest. Les attaquants étaient maintenant encerclés. La bataille principale semble avoir eu lieu entre ces deux coulées. Elles sont large de 90 à 120 mètres et séparée l'une de l'autre de 9 à 60 mètres suivants les endroits. La bataille y fit rage pendant 4 heures, les guerriers échangeaient de coups de feu, rampant jusqu'au bord de la coulée pour tirer sur quelque ennemi visible. Une tête, une main, un bout de chemise, tout était bon à viser. C'était un concours d'habilité et de ruse pour prendre avantage sur l'autre. Il est impossible d'établir combien de Cree furent tués pendant cet engagement, on estime qu'une douzaine de Blackfoot perdirent la vie, beaucoup cependant furent blessés. Les Blackfoot décidèrent d'en finir, ils s'en prirent aux Cree qui défendaient l'entrée de la coulée. Ceux-ci n'avaient plus d'autre choix que de tenter de rejoindre la rivière. Ils durent s'engager a découvert dans une descente mortelle vers la rivière.

Fuyards et poursuivants s'y ruèrent, les chevaux chutant sur les hommes qui continuaient à se battre; ce fut une vraie boucherie. Les Cree atteignirent finalement la rivière, ils se jetèrent à l'eau telle une masse compacte, alors que les Blackfoot restèrent au bord et tiraient dans le tas. Jerry Potts, un métis qui devint par la suite scout pour la Police Montée canadienne, raconte qu'on pouvait presque tirer les yeux fermés et être sur de tuer un Cree. Le massacre ne s'arrêta pas au fleuve, les Blackfoot poursuivirent les Cree jusque dans la rivière. Pendant cet engagement, 50 autres Cree furent tués. Il est établit que dans la confusion et l' excitation, quelques Blackfoot furent tués par les leurs (des Cree s' étaient mélangés aux Blackfoot dans leur fuite). Finalement, les Cree survivants trouvèrent refuge dans un petit massif d'arbres. A nouveau, les Blackfoot les encerclèrent. Les Cree étaient mal en point, n'ayant plus de munitions pour leurs armes ni de chevaux pour s'enfuir. La bataille prit finalement fin avec le coucher du soleil vers 17h22. Les Cree survivants furent autorisés à partir à pied et sans chevaux) Il est difficile d' estimer le nombre de pertes des Cree parce que beaucoup furent tués dans la rivière et leurs corps emportés par le courant, mais on peut estimer que 200 à 300 d' entre-eux perdirent la vie dans cette bataille.Il y eu 40 tués et 50 blessés chez les Blackfoot. Ce fut la dernière grande bataille indienne dans les Grandes Plaines de l'Ouest.
Library and Archives Canada - Puiblic Domain
Indien Cree
Library and Archives Canada
L'année suivante, les Cree envoyèrent du tabac aux Blackfoot en signe de paix et un traité fut signé entre les deux nations. Par la suite, les Blackfoot donnèrent le nom de Assinietomochi à l'endroit de la bataille; ce qui veut dire l'endroit où ils massacrèrent les Cree

[Retour]

Assiniboine Tipis ©2006

Culture amérindienne
ARTISANAT AUTOCHTONE
TIPIS

Documentation
CHEF RED CROW
CHEF CRAZY HORSE
LES ARAPAHOS
LES ASSINIBOINES
LES BLACKFOOT
LES CHEYENNES
LES COMANCHES
LES HOPIS
LES HURONS
LES KIOWAS
LES MANDANS
LES PAWNEES
LES SHOSHONES
LES SIOUX
BILL LE CHAMAN
LA DANSE DU SOLEIL
LES HOMMES SERPENT
LES JEUX
BIG DOG, LE CHEVAL
TAKANKA, LE BISON
LE SWEAT LODGE
CHASSE ET GUERRE
LE VILLAGE INDIEN
LA GUERRE INDIENNE
LEWIS & CLARK
ETIENNE BRULE

La faune du Canada
L'AIGLE ROYAL
LE CASTOR
LE CARIBOU
LE CHEVREUIL
L'ELAN DU CANADA
LA GELINOTTE
LE HIBOU
LE HUARD
LE LOUP
LA LOUTRE
LE LYNX
LA MARMOTTE
L'OURS NOIR
LE PORC-EPIC
LE PUTOIS
LE RATON LAVEUR
LE TETRAS
LE VISON

CONTACT