La vie quotidienne dans un village Sioux

Il y a plus de 14,000 ans, les ancêtres des indiens des plaines émigrèrent de l'Asie vers le continent américain. Ils s' installèrent tout d'abord dans la région des Grands Lacs. Puis au 17ème siècle, ils furent chassés vers les plaines centrales des USA et du Canada sous la poussée de tribus plus puissantes et aussi par la colonisation européenne.
Ces tribus étaient des chasseurs nomades qui suivaient les grands troupeaux de bisons et faisaient du troc avec les autres tribus. Vers les années 1870, la pression des colons blancs se fit plus intense. C'est le Général Custer de armée américaine qui commença a construire des forts militaires répartis sur ces territoires. Sa mission était de prévenir l'incursion des blancs en territoire Sioux. Ce fut le contraire qui se produisit puisque c'est Custer qui découvrit le premier de l'or dans les Black Hills, déclenchant ainsi une ruée vers l'or en territoire indien. Les relations avec les blancs étaient alors tendues. Il se produisit de nombreuses escarmouches. Un massacre survenu dans un village Sioux déclencha une guerre qui devait durer plus de trente ans.

Les nations indiennes des plaines du Mid-West
De nombreuses tribus vivaient alors dans ces plaines qui s'étendaient du Texas au sud jusqu'en Alberta au Canada dans le Nord. Il y avait entre-autre des Cheyenne, des Sioux, des Crows, des Blackfoot. La population totale représentait environ 200,000 personnes. Ces tribus parlaient des langues différentes, même si certaines avaient des mots ou des sonorités voisines. Une tribu se divisait elle-même en plusieurs clans. On ne se mariait pas au sein du même clan, lorsqu'un homme se mariait il partait s'installer dans la communauté de son épouse.


La vie au village Sioux
Les Sioux trouvaient leur subsistance par la chasse, ils devaient se déplacer souvent pour suivre la migration des troupeaux de bisons. Les Sioux vivaient dans des tipis, abris légers et résistants, facilement démontables. Les peaux de bisons étaient utilisés pour faire les tipis. Le tipi et les accessoires appartenaient à la femme qui devait le fabriquer, le transporter et le mettre en place. Il fallait de entre 12 à 20 peaux de bisons pour fabriquer un tipi. Les hommes qui s'étaient honorés au combat peignaient leurs exploits ou des symboles sacrés sur le tipi.

Guerriers et chasseurs!
Les hommes étaient chargé de la protection du village, c'est pour cela que les femmes s' occupaient des travaux domestiques puisque eux devaient être prêts à défendre le village à tout moment, ils ne pouvaient donc pas être pris au dépourvu avec les tâches domestiques. Les homme devaient aussi prendre soin des chevaux. C' étaient leurs biens les plus précieux et ils devaient constamment être sur leurs gardes à cause des voleurs. Par ailleurs, le vol de chevaux n' était pas considéré comme du vol, mais plutôt comme un acte de bravoure. C'était aussi de responsabilité des hommes de pourvoir aux besoins de la famille. Ils chassaient donc le bison, animal qui était indispensable à la survie de la tribu. Chaque partie de l' animalétait utilisée, des cornes aux sabots.

Les armes pour la chasse et la guerre
Les hommes fabriquaient eux-même leurs armes. Les flèches étaient peintes aux couleurs de leur propriétaire afin que chacun sache quel animal il avait tué à la fin d'une chasse. L'art de la guerre occupait une place importante dans la culture des indiens. Les Sioux et les Blackfoot avaient d'ailleurs une forte réputation de guerriers, ils étaient craints par les autres tribus. Les Sioux se battaient pour protéger et pour conquérir de nouveaux territoires, mais aussi par vengeance. Mais la guerre avait aussi un aspect cérémonial et spirituel pour ces hommes. Les garçons apprenaientà se battre à partir de l' âge de treize ans. Ils participaient alors à des raids pour voler des chevaux jusqu'à ce qu'ils aient amassé suffisamment de biens pour pouvoir se marier (ils leur fallait verser une dote au père de leur fiancée).

Fumer le calumet
Avant de partir en expédition les indiens fumaient le calumet. Ces longues pipes étaient sacrées et souvent décorées avec soin. Les indiens fumaient un mélange de tabac et d' herbes aromatiques. Le fait de fumer permettait de créer une harmonie avec les éléments spirituels. La fumée symbolisant la prière, le cadeau ou la demande d' aide du Grand Esprit. Les braves se mettaient sous la protection de leur animal fétiche (ours, loup, tortue, corbeau), des forces de la nature (éclair, tonnerre, feu), ou du Grand Esprit. Ces symbolesétaient peints ou représentés par des motifs de perles, voir encore gravés ou constitués de peaux et de fourrures. Ils apparaissaient sur les vêtements, sur les armes, sur les chevaux. Les symboles religieux étaient directement peints sur le corps du guerrier.
Les combats ressemblaient le plus souvent à des escarmouches qu'à de vrais batailles. A cette époque, l' important n'était pas de tuer l' adversaire mais de le toucher ou compter un coup. L' auteur"d'un coup" pouvait alors porter une plume d'aigle en récompense, un peu comme nos soldats reçoivent une médaille.
Une façon de compter un coup était de toucher son ennemi avec la main. Le mieux était de toucher un ennemi vivant et armé, mais s'il était blessé ou mort, cela comptait aussi. En sens inverse, le fait d' avoirété "touché" pour un guerrier lui faisait perdre beaucoup de son statut. Dans certaines tribus, prendre le cheval ou l' arme d'un ennemi apportait plus de gloire que de le tuer.

Le scalp de l'ennemi!
Mais tout cela allait changer avec l'arrivée des blancs, eux se battaient pour tuer. Ce sont les blancs qui commencèrentà scalper les indiens et non l'inverse. A cette époque le gouvernement offrait une récompense pour chaque scalp d'indien sans distinction; homme, femme ou enfant. Les indiens ont par la suite repris cet usage à leur compte.

Rôle des femmes dans la tribu Sioux
Les femmes se levaient les premières pour ranimer le feu, de chercher de l'eau et préparer le repas du matin qui était généralement constitué de viande bouillie. Les indiens pratiquant peu d' agriculture, les femmes intégraient donc aux repas des fruits sauvages, des noix, des plantes et des racines comestibles. La famille faisait en général deux repas par jour, le premier en milieu de matinée, le second en fin d'après-midi. Leur mode de vie nomade impliquait que la nourriture soit séchée pour être conservée. La viande et les fruits étaient suspendus jusqu'à ce que le soleil les ait complètement séchés. Plus tard, ils pouvaient être bouillis pour les attendrir à nouveau. L' été était la saison propice pour le tannage des peaux. Les femmes fabriquaient les vêtements, les mocassins, les selles et divers objets et outils. Elles se servaient de piquants de porc-épic et de perles pour décorer les vêtements. Les femmes les plus habiles étaient admises au sein de sociétés particulières, elles seules étaient autorisées à fabriquer des objets religieux; celles-ci avaient un statut important au sein de la tribu. Malgré des journées de travail intense, les femmes savaient rester coquettes. Après un bain dans la rivière toute proche, elles adoucissaient leurs cheveux, et parfois leur corps avec de la graisse d' ours.

Les enfants de la tribu
Quand un enfant venait au monde, le cordon ombilical était séché puis était déposé dans une amulette. Il représentait le lien qui unit l' enfantà sa mère, et à travers sa mère au reste de la tribu et au Grand Esprit. Un membre de la famille très respecté était chargée de donner un nom à l' enfant. Garçons et filles recevaient les noms d' ancêtres ou de héros de la tribu. Une fille recevait un seul nom qui ne changeait pas lorsqu'elle se mariait, mais un garçon pouvait avoir plusieurs noms tout au long de sa vie. Ils lui seraient donnés par les autres pour ses exploits ou révélés dans un rêve ou une vision. Les enfants jouaient souvent par imitation: ils s' entraînaientà leur futurs rôles d' adultes. Les garçons chassaient et se battaient, et les filles jouaient à la poupée ou avec des tipis miniatures. Il existait aussi des jeux de dés, des jeux de balles ou avec des bâtons (ce qui ressemble au Hockey ou à la crosse).

Page suivante >>

Assiniboine Tipis ©2006

Culture amérindienne
ARTISANAT AUTOCHTONE
TIPIS

Documentation
CHEF RED CROW
CHEF CRAZY HORSE
LES ARAPAHOS
LES ASSINIBOINES
LES BLACKFOOT
LES CHEYENNES
LES COMANCHES
LES HOPIS
LES HURONS
LES KIOWAS
LES MANDANS
LES PAWNEES
LES SHOSHONES
LES SIOUX
BILL LE CHAMAN
LA DANSE DU SOLEIL
LES HOMMES SERPENT
LES JEUX
BIG DOG, LE CHEVAL
TAKANKA, LE BISON
LE SWEAT LODGE
CHASSE ET GUERRE
LE VILLAGE INDIEN
LA GUERRE INDIENNE
LEWIS & CLARK
ETIENNE BRULE

La faune du Canada
L'AIGLE ROYAL
LE CASTOR
LE CARIBOU
LE CHEVREUIL
L'ELAN DU CANADA
LA GELINOTTE
LE HIBOU
LE HUARD
LE LOUP
LA LOUTRE
LE LYNX
LA MARMOTTE
L'OURS NOIR
LE PORC-EPIC
LE PUTOIS
LE RATON LAVEUR
LE TETRAS
LE VISON

CONTACT